Le décret paysage ou décret Marcourt a été adopté en 2013. Il met en place certains éléments du décret de Bologne ainsi que d’autres éléments propres à l’enseignement supérieur belge. Ses applications sont souvent floues pour les étudiants. C’est pourquoi Stage Bruxelles a sélectionné quatre des implications les plus visibles sur l’enseignement. De cette façon, tu sauras tout sur ce fonctionnement à la fin de cet article.

décret marcourt

Si tu regardes cet article c’est peut-être que tu cherches un stage en communication, marketing ou vente ?  

ENVOIE TON CV A TOUTE UNE COMMUNAUTÉ DE STARTUPS

Structure des cursus

Avant le décret Marcourt, chaque année académique correspondait à une année du cursus de l’étudiant. Cela correspondait à 60 crédits (ECTS) par an. Cela voulait dire que l’on pouvait rater une année ou la réussir. Ce n’est plus le cas maintenant. Ainsi, « doubler une année » ne fait plus parti du vocabulaire.

Avec l’abolition de la notion d’année, le décret Marcourt cherche à faciliter la réussite pour les étudiants. À part la première année de bachelier qui est obligatoirement à 60 crédits (ECTS), les étudiants peuvent, sur leur année, valider entre 45 et 75 crédits. Cela permet d’avancer dans le cursus lorsque l’on a raté quelques cours. Tu peux donc continuer à valider des cours tout en devant en repasser quelques uns. Chacun peut donc personnaliser son cursus et ainsi, créer son propre programme.

Le problème c’est la difficulté à repasser des cours de l’année passée sur la nouvelle année. Car, avec tous les nouveaux cours à valider, il est difficile de concilier ces nouvelles matières avec les anciennes qu’il faut repasser. Que ce soit trouver le temps ou la motivation, cette solution n’est pas toujours évidente.

Le décret Marcourt met en place la réussite à 10/20

Concept

Si tu es fraîchement arrivé dans les études supérieures, tu n’as pas connu l’époque où la réussite d’une année était fixée à une note de 12/20. Si ta moyenne était supérieure à 12, tu pouvais passer à l’année suivante. Tu avais droit à quelques points dits de  « balance », qui te permettaient, si ta moyenne était bonne, de valider des cours que tu avais ratés (avec moins de 10/20).

Le décret Marcourt a chamboulé tout cela. En effet, maintenant, tu dois valider chaque cours avec une note de 10/20. Plus de points balances, mais une réussite avec deux points de moins. Cela est censé prouver que tu détiens un minimum de connaissances dans chaque matière. De plus, cela prouve aussi que tu es pluridisciplinaire. Certains pensent que la réussite est donc plus facile, d’autres que le niveau reste le même car les professeurs adaptent leur système de cotation. Chacun son point de vue dans le débat, nous te laissons t’en faire ta propre idée.

ENVOIE TON CV A TOUTE UNE COMMUNAUTÉ DE STARTUPS

Exceptions

Cependant, certaines facultés et établissements scolaires établissent encore l’ancien système. Ainsi, imaginons que tu obtiennes une moyenne supérieure à 60% mais que tu as obtenu une note de 8/20. Celle-ci est donc inférieure au 10/20 requis par le décret Marcourt. Dans ce cas, ton école ne pourra valider ce cours selon le nouveau décret. Ce qui est plutôt enrageant car, si l’ancien système était encore en vigueur, tu pourrais valider ton 8/20 grâce aux points de balance qui été accordés. C’est pourquoi, certains organismes scolaires se réservent le droit d’utiliser encore l’ancien système.

Il faut néanmoins que tu réunisses les conditions suivantes : une moyenne supérieure à 60% et 2 ou 3 points de balance (le nombre de points de balance varie en fonction des écoles). Ce choix est délibéré au conseil de classe. Et cela relève avant tout du cas par cas. Par exemple, lorsque l’étudiant a pour projet de partir en Erasmus l’année qui suit, l’établissement scolaire pourrait lui appliquer plus facilement l’ancien système. De même pour l’étudiant qui est en fin de cycle de bachelier ou de master.

décret marcourt

Le décret Marcourt instaure les blocs de cours

Concept

Autrefois, pour que tu valides tes cours et que tu ne doives plus les représenter en seconde session, tu devais obtenir une note de 10/20. Avec le décret Marcourt, il n’y a pas de changement sauf dans le cas où les cours font partis d’une unité d’enseignement, appelé également « bloc ». C’est un système qui s’inspire des écoles et universités françaises. Ainsi, 2 ou 3 cours peuvent faire partis d’un même bloc. En général ce sont des cours au domaine de spécialité proche tels que Management avec Gestion et Gestion de projets par exemple. Cependant, chaque cours aura une pondération spécifique en fonction de son importance.

Concrètement, qu’est-ce que ça change ? Tu n’auras pas de note individuelle pour chaque cours, mais plutôt une moyenne des notes qui composent le bloc. Par exemple, imagine que tu as une unité enseignement composé de 2 cours. Tu as obtenu une note de 15/20 pour un cours et 8/20 pour l’autre. Au total, ta moyenne pour le bloc sera de 11,5/20 (sous l’hypothèse que les 2 cours qui composent le bloc ont une pondération de 50% chacun). Dans ce cas, tu as validé ton bloc ! Et qui plus est, on ne pourra plus considérer ta note de 8/20 comme un échec sous le décret Marcourt. Autrement dit, tu peux te rattraper en faisant une belle note pour un cours et une moins bonne pour un autre. Car au final, c’est la moyenne du bloc qui compte !

Limites

Mais alors, est-ce que je peux faire 18/20 et 2/20 me diras-tu ? Au début de l’instauration du système, cela était possible. Cependant, les institutions revoient et adaptent le décret Marcourt au fil du temps. Ainsi, certaines facultés ont récemment instauré un seuil minimum de réussite. Pourquoi faire cela ? Pour tout simplement éviter les calculs et l’abandon total de certains cours. Car, certains malins révisaient les cours qui les arrangeaient et s’en sortaient comme ça. Cependant, en procédant ainsi, arrivés en fin de parcours, de fortes lacunes se faisaient ressentir. De plus, autoriser un 2/20, c’est laisser passer un étudiant alors que celui-ci n’a pas acquis les compétences nécessaires dans cette branche. Quel est donc ce seuil minimal ? Cela varie et dépend de l’appréciation de chaque établissement scolaire.

ENVOIE TON CV A TOUTE UNE COMMUNAUTÉ DE STARTUPS

Les mentions par cycle

Le décret Marcourt, pour servir différents objectifs, abolit le système d’années. C’est pourquoi les cycles sont considérés dans leur ensemble. Le système de mentions n’est maintenant donné qu’à chaque cycle. En effet, chacun des étudiants est susceptible d’avoir un cursus totalement différent des autres. Les étudiants suivent les mêmes cours, mais pas dans le même ordre. Ainsi, donner une mention par année, n’a plus vraiment de sens. Donner une mention par cycle a donc la même valeur pour tous les étudiants.

Que retenir du décret Marcourt ?

Cet article débroussaille un peu le paysage du décret Marcourt (notes-tu le jeu de mots ?). Ce qu’il faut en retenir c’est le concept assez évasif de la notion d’année. En effet, un étudiant s’inscrit à un cursus pour une année académique, mais ce cursus n’est pas subdivisé en années. Savoir cela te permettra de comprendre mieux ce que les personnes n’ayant pas étudié sous ce régime ont connu et de quoi ils te parleront.

Par ailleurs, si tu lis cet article, tu es certainement étudiant. Et, si tu es étudiant, tu devras sûrement trouver un stage. Il est peut-être d’autant plus difficile à trouver un stage étudiant à cause du corona. Pour t’aider, je te conseille la plateforme Stage Bruxelles, qui t’aide à trouver un stage à Bruxelles. Juste en postant gratuitement ton CV sur ce site, il est ensuite envoyé à toute une communauté de startups, PME et petites associations. Ces dernières recherchent activement des stagiaires et t’appelleront rapidement pour te proposer un entretien.

Voici comment postuler directement auprès des entreprises de la communauté :

ENVOIE TON CV A TOUTE UNE COMMUNAUTÉ DE STARTUPS